Fermer
banniere_karch01.jpgbanniere_karch02.jpgbanniere_karch03.jpgbanniere_karch04.jpgbanniere_karch05.jpgbanniere_karch06.jpgbanniere_karch07.jpgbanniere_karch08.jpgbanniere_karch09.jpg

Maladies des amphibiens

Les maladies infectieuses les plus importantes qui provoquent le déclin de la population mondiale d'amphibiens sont la chytridiomycose et la ranavirose causées par les Ranavirus.

Les amphibiens peuvent souffrir de nombreuses autres maladies causées par des virus tels que les virus de l'herpès, les bactéries, divers vers (trématodes, vers plats et nématodes), les champignons, les parasites comme l'amphibiocystidium ou les parasitoïdes comme les larves de la mouche Lucilia bufonivora. Ces maladies n'atteignent pas le même degré que la chytridiomycose ou les Ranavirus. Cependant, elles peuvent parfois être associés au déclin de la population locale. Ci-dessous, nous décrivons quelques maladies qui ont été observées en Suisse.

 

Chytridiomycose

La Chytridiomycose est une maladie fongique des amphibiens et est conjointement responsable de la disparition mondiale des amphibiens. Elle a fait l'objet de recherches intensives et nous avons compilé des informations complètes sur une page séparée : Chytridiomycose.

 

Ranavirus

Au milieu des années 1980, les Ranavirus ont été identifiés comme la cause de la mort massive de poissons et plus tard d'amphibiens. Les Ranavirus peuvent infecter de nombreuses espèces d'amphibiens, de reptiles et de poissons et ont depuis été détectés sur 6 continents. Les Ranavirus ont été importés d'Amérique du Nord en Europe éventuellement lors de l'introduction de la grenouille taureau (Rana catesbeiana) ou par des poissons rouges (Carassius auratus) importés pour les magasins d’animaux. La dispersion par des humains semble souvent se produire.

Le commerce mondial des vertébrés ectothermes et d'autres facteurs de stress peut contribuer à l'émergence des Ranavirus. L’hypersensibilité aux virus ou à l'apparition d'une maladie semble être déclenchée par le stress.

Les syndromes chez la grenouille rousse se caractérisent par des ulcères cutanés et des saignements dans les intestins et les muscles squelettiques. Les symptômes qui l'accompagnent sont une perte de masse musculaire aux extrémités, la léthargie et l'émaciation.

Le virus affecte tous les stades des amphibiens, c'est-à-dire les larves, les métamorphoses et les adultes. Les épidémies sont principalement observées pendant les mois d'été. La transmission des Ranavirus se produit par contact d’individus infectés ou consommation.

Les effets de l'infestation par le Ranavirus sur les populations d'amphibiens varient. Le taux de mortalité peut être élevé (plus de 90 %), mais il est souvent limité à une petite zone (p. ex. un étang). En Espagne, des effondrements de population violents ont été observés. Des études anglaises montrent que dans les populations où des mortalités de masse se sont répétées, la taille de la population a diminué d'environ 80 %. Les scientifiques ont observé qu'au cours des années suivant une mortalité massive il n’y avait peu ou pas de descendance. Les populations isolées ayant de petites territoires et une faible variabilité génétique semblent présenter un risque accru d'extinction.

Des Ranavirus ont été détectés en Suisse, mais aucune mort massive n'a encore été documentée.

A l'heure actuelle, aucune contre-mesure praticable n'est connue. Le respect des mesures d'hygiène lors des relevés sur le terrain (désinfection des bottes, des filets et des bacs) peut contribuer à empêcher la propagation du virus vers de nouveaux sites.

 

Virus de l'herpès

Il existe divers virus de l'herpès chez les crapauds et les grenouilles. Le virus de l'herpès le mieux étudié est le virus de l'herpès de Lucké (RHV1), qui induit des tumeurs dans les reins et qui est mortel. L'infection par le virus RHV1 ou un autre virus de l'herpès RHV2 a un cycle saisonnier alternant selon la température : pendant les mois d'hiver, les virus peuvent être bien détectés, alors que les changements pathologiques ne surviennent que pendant la période d'activité. Ces deux virus n'ont pas encore été détectés en Suisse.

En Suisse, cependant, un autre virus de l'herpès (RHV3) a été détecté, ce qui entraîne un élargissement important de la peau, un œdème cutané, une réduction de la réaction inflammatoire et diverses dégénérescences muqueuses chez la grenouille des champs. Chez les grenouilles graminées, les taches blanches à noires (vésicules) sur la peau sont relativement bien visibles, chez les crapauds de terre, les taches sont un peu moins visibles. L'infestation des organes internes ou la formation de tumeurs n'a pas été observée. L'infection par le virus de l'herpès RHV3 ne semble pas mortelle, bien que des amphibiens infectés morts aient également été trouvés en Suisse.

A l'heure actuelle, aucune contre-mesure praticable n'est connue. Le respect des mesures d'hygiène dans les enquêtes sur le terrain (désinfection des bottes, des filets et des bateaux de pêche) peut contribuer à empêcher la propagation du virus vers de nouveaux sites.

Rate_Herpesvirus_B.Schmidt.jpg

BUBU_Herpesvirus_B.Schmidt.jpg

Une grenouille rousse et un crapaud commun infectés par des virus de l'herpès.​

 

Mouche Lucilia bufonivora

La mouche Lucilia bufonivora est une espèce vivant en Europe centrale, dont les larves sont des parasitoïdes amphibiens obligatoires, c'est-à-dire qu'elles sont nécessairement référées aux amphibiens pour leur développement et finissent par tuer leur hôte. La mouche Lucilia bufonivora se rencontre principalement dans les couloirs herbacés riches en ombellifères. Les mouches pondent leurs œufs sur la tête des amphibiens en été. Les larves écloses pénètrent par les narines dans la tête où elles détruisent les os, les muscles et le tissu conjonctif de l'animal vivant. Le museau et la tête sont déformés de sorte qu'ils ont des narines élargies, une tête gonflée et apparemment rongée. Les amphibiens meurent au cours de l'infection.

Les crapauds communs sont principalement infectés, parfois aussi d'autres crapauds ou grenouilles ou la salamandre tachetée. L'infestation est particulièrement élevée pendant les mois de juin à août des années chaudes et sèches. Pendant les mois d'été frais et humides, l'infestation est plus faible.

Si les œufs ou les larves sont enlevés tôt, les petites lésions peuvent guérir.

BUBU_Krötengoldfliege_B.Jeckelmann.jpg
Ce crapaud commun a un museau et une tête défigurés, ce qui peut être attribué à l'infestation larvaire de la mouche Lucilia bufonivora.

 

Infections par l’amphibiocystidium​

L'infection à amphibiocystidium, aussi connue sous le nom d'infection à dermocystidium, est un parasite unicellulaire qui infecte de nombreuses espèces d'amphibiens (grenouilles, crapauds, tritons, salamandres).

Une infection se manifeste souvent par des lésions cutanées nodulaires visibles à l'œil nu. Ces kystes peuvent apparaître n'importe où sur le corps. Le parasite peut également affecter le foie, dans lequel il provoque des lésions tumorales.

Les effets ne semblent pas clairs. Selon la source, une infection par le parasite semble à peine affecter l'hôte ou au contraire elle peut entraîner la mort. Dans tous les cas, les amphibiens infectés semblent plus sensibles aux infections bactériennes secondaires.

Il n'existe actuellement aucun traitement efficace contre la maladie d'Amphibiocystidium.

Avez-vous observé un amphibien malade?

Si vous avez observé des amphibiens avec un tableau clinique décrit ici, veuillez nous contacter :

Benedikt Schmidt, Tél. 032 718 36 12, Email

 

Prévention de la propagation des maladies infectieuses

Le respect des mesures d'hygiène dans les enquêtes sur le terrain (désinfection des bottes, des filets et des bacs) peut aider à prévenir le transport de virus vers d'autres sites et l'infection de nouvelles populations d'amphibiens.

Foto Feldarbeit_Hygienemassnahmen

 

Protocole et informations complémentaires concernant les mesures d’hygiène:

Publications

  • Origgi et al. 2018. Bufonid herpesvirus 1 (BfHV1) associated dermatitis and mortality in free ranging common toads (Bufo bufo) in Switzerland. Scientific Reports 8:14737
  • Origgi et al. 2017. Ranid Herpesvirus 3 and Proliferative Dermatitis in Free-Ranging Wild Common Frogs (Rana temporaria). Veterinary Pathology 54(4): 686-694.

 

.