Fermer
banniere_karch01.jpgbanniere_karch02.jpgbanniere_karch03.jpgbanniere_karch04.jpgbanniere_karch05.jpgbanniere_karch06.jpgbanniere_karch07.jpgbanniere_karch08.jpgbanniere_karch09.jpg

Amphibienschutz in Abbaugebieten

Abbaugebiete wie Ton- und Kiesgruben sowie Steinbrüche bilden mit ihrer Abbautätigkeit sehr wichtige Sekundärlebensräume für Amphibienarten, die auf dynamische Lebensräume angewiesen sind. Die Grubenbetreiber tragen damit eine besondere Verantwortung für bedrohte Amphibienarten. In diesen Lebensräumen können sich die Laichgewässer in Abhängigkeit der Abbau- und Deponietätigkeit jährlich bis mehrjährlich verschieben, sodass sogenannte „Wanderbiotope“ mit Pioniercharakterentstehen. Mit solchen Gewässern können die stark gefährdeten Arten Gelbbauchunke, die Kreuzkröte und der Laubfrosch gefördert werden.
 
In bereits abgebauten Grubenbereichen, wo kaum noch Terrainveränderungen stattfinden, fühlen sich anderen Amphibienarten wohl: permanent wasserführende, fischfreie Gewässer (z.B. Sedimentationsbecken) bieten der Geburtshelferkröte und den Wasserfröschen geeigneten Lebensraum, und Grundwasser gespeiste Gewässer eignen sich für den Kammmolch, den Teichmolch, den Springfrosch sowie den Laubfrosch. Für die vier letztgenannten Amphibienarten ist die Nähe (< 300m) zu Laubmischwald oder Auenwald wichtig.
 
Praktische Hinweise:
Die Förderung stark gefährdeter Amphibienarten (Gelbbauchunke, Geburtshelferkröte, Kreuzkröte, Kammmolch, Teichmolch, Laubfrosch und Springfrosch) kann in einer Leistungsvereinbarung zwischen zuständiger Bewilligungsbehörde und Abbauunternehmen oder in einer Auflage während der Betriebsphase (gemäss Vollzugshilfe „Bundesinventar der Amphibienlaichgebiete von nationaler Bedeutung“) festgehalten werden. Die Auflagen können gleichzeitig in eine Zertifizierung integriert werden (z.B. durch die „Stiftung Natur und Wirtschaft“).
Bei Zonenplanänderungen sowie Abbau-, Deponie- und Rekultivierungsplanungen sollen die Lebensraumansprüche der gefährdeten Amphibienarten berücksichtigt werden. Als sehr hilfreich hat sich die Einrichtung einer naturschutzfachlichen Begleitgruppe für die fachliche Beratung während der Abbau- und Deponiephase erwiesen (z.B. NGO, regionale karch-VertretungFSKBStiftung Landschaft und Kies).
 
Die Praxismerkblätter enthalten zur Förderung dieser Arten ausführlichere Informationen.

 

Welche Arten können in Abbaugebieten gefördert werden?

Dans les zones d’exploitations, on retrouve le sonneur à ventre jaune (Bombina variegata) dans les biotopes pionniers transitoires. Il est important qu’il y ait suffisamment de groupes de plans d’eau. Ces derniers sont plutôt petits, ensoleillés (de sorte qu’ils se réchauffent rapidement), pauvres en végétation et s’assèchent en automne et en hiver.


 

Dans les zones d’exploitation, le crapaud accoucheur (Alytes obstetricans) apprécie particulièrement les plans d’eau sans poissons, continuellement alimentés en eau, comme p. ex. les bassins de sédimentation, pour autant qu’il y ait tout proche des talus pierreux ou sableux, bien ensoleillés et sans trop de végétation, qu’il puisse utiliser comme habitat terrestre.


 

Dans les carrières, les 2 espèces de tritons crêtés (Triturus cristatus & Triturus carnifex), ainsi que le triton lobé (Lissotriton vulgaris) vivent dans des plans d’eau riches en végétation subaquatique, qui sont donc là depuis plusieurs années. Les plans d’eau situés dans des zones riches en eaux souterraines déjà exploitées sont particulièrement favorables, puisqu’ils s’assèchent dès la fin de l’automne, grâce aux fluctuations du niveau de la nappe phréatique.
Il est également important qu’il y ait une forêt inondées ou un forêt mixte de feuillus à proximité immédiate de la carrière et qu’il y ait des arbres et des arbustes dans cette dernière.


 

Dans les zones d’exploitation, on trouve la rainette (Hyla arborea & Hyla intermedia) dans toute une gamme de plans d’eau (nouvellement aménagés, plans d’eau aussi bien pauvres en végétation que plus vieux, riches en végétaux, peu profonds et bien ensoleillés), pour autant que l’on trouve des buissons et des hautes herbes aux alentours.
Il est également important qu’une forêt mixte de feuillus se trouve à moins de 300m ou qu’il y ait des arbres et des arbustes sur place.


 

Le crapaud calamite (Bufo calamita) ne se rencontre quasiment plus qu’exclusivement dans les habitats secondaires comme les zones d’exploitation (carrières de gravier, de sable ou d’argile), où il a besoin de milieux pionniers transitoires. Il faut que les plans d’eau soient peu profonds, bien ensoleillés (afin qu’ils se réchauffent rapidement), et s’asséchant en automne ou en hiver. Ils ont besoin de plusieurs types d’habitats pour se reproduire, qui seront maintenus à différents stades par des interventions régulières ou dans le cadre de l’exploitation, par exemple.


 

Il arrive aussi que l’on trouve de la grenouille agile (Rana dalmatina) sur les sites d’extraction, pour autant qu’il y ait une forêt à proximité. Sa présence nécessite des plans d’eau qui soient au même endroit depuis plusieurs années (pas des milieux transitoires), recouverts de végétation et s’asséchant tous les 2 ans.


 

On rencontre également assez souvent des grenouilles rousses (Rana temporaria), des crapauds communs (Bufo bufo), des grenouilles vertes (Pelophylax sp.), des tritons alpestres (Ichthyosaura alpestris) et des tritons palmés (Lissotriton helveticus) dans ces zones d’exploitation. Ils se reproduisent la plupart du temps dans des plans d’eau alimentés en permanence.


 

Welche Gewässer können in Abbaugebieten angelegt werden?

Details zur Erstellung von Fortpflanzungsgewässern und zum Unterhalt von Gewässern und Landlebensraum sind den Praxismerkblättern  zu entnehmen.

De tels plans d’eau sont typiquement pionniers. Sur des sous-sols gorgés d’eau ou argileux, il suffit de compresser le sol en plusieurs endroits, afin de créer des petites mares. Celles-ci peuvent également être alimentées par de l’eau ruisselant de pentes ou par des filets d’eau provenant de drains ou de sources.
De tels biotopes transitoires peuvent être déplacés à d’autres endroits de la carrière après quelques années (en fonction de l’activité d’extraction). Important : avant de reboucher les mares pendant l’hiver, il faut en créer des nouveaux à l’avance (idéalement, la période de chevauchement devrait durer 2 saisons) !


 

Ces plans d’eau peuvent être créés très facilement dans des carrières de glaise, de gravier ou d’argile, en amenant dans des cuvettes de la glaise, de l’argile ou de la boue en quantité suffisante et en les compactant sur plusieurs couches.
De tels biotopes transitoires peuvent être déplacés à d’autres endroits de la carrière après quelques années (en fonction de l’activité d’extraction). Important : avant de reboucher les mares pendant l’hiver, il faut en créer des nouveaux à l’avance (idéalement, la période de chevauchement devrait durer 2 saisons) !


 

Les sols se trouvant au-dessus de nappes phréatiques peuvent être creusés. Il faut toutefois faire attention à ne pas creuser trop profond, afin que les plans d’eau s’assèchent tous les deux ans, en fonction du niveau de la nappe.


 

Lorsqu’il n’y a pas de nappe phréatique et que les sous-sols ne sont pas très denses, il est toujours possible d’imperméabiliser artificiellement (p. ex. avec une bâche) des plans d’eau dans des zones déjà fortement exploitées. Pour que les espèces pionnières (sonneur à ventre jaune, crapaud calamite, rainette) puissent également profiter de ces derniers, il est indispensable de prévoir une évacuation d’eau au fond. Alternativement, on peut également remplir de gravier des grandes fosses profondes bâchées avec du film plastique. Il suffit ensuite de creuser à la surface des nouveaux groupes de mares tous les 2 ans.


 

On trouve souvent des fossés de drainage qui ne sont pas canalisés dans des tuyaux le long des chemins et des talus qui suintent. On peut donc créer des petits plans d’eau sans trop d’effort, en creusant dans ces fossés à certains endroits.


 

Les bassins de sédimentation peuvent particulièrement être utile au crapaud accoucheur comme plans d’eau de reproduction, puisqu’ils ne contiennent pas de poissons et sont alimentés en eau toute l’année.


 

Landlebensraum

Insbesondere in strukturarmer Umgebung von Abbaugebieten ist das Anlegen von Versteckmöglichkeiten (z.B. Asthaufen, Schnittguthaufen, Steinhaufen, Totholz, etc.) sinnvoll.

Die Geburtshelferkröte hat etwas spezifischere Ansprüche an ihren Lebensraum. In Abbaugebieten eignen sich sonnige, lückig bewachsene Böschungen in unmittelbarer Nähe zum Gewässer.