Fermer
banniere_karch01.jpgbanniere_karch02.jpgbanniere_karch03.jpgbanniere_karch04.jpgbanniere_karch05.jpgbanniere_karch06.jpgbanniere_karch07.jpgbanniere_karch08.jpgbanniere_karch09.jpg

Clade génétique des péliades

En Suisse, la vipère péliade est représentée par deux groupes génétiques distincts et séparées depuis environ 1 million d'années provenant de l'utilisation de différents refuges durant les dernières glaciations. Alors que les ancêtres des péliades jurassiennes et des Préalpes occupaient le sud de la France pendant les glaciations, un autre groupe a trouvé refuge en Italie. Ainsi isolés, ces deux groupes ont alors divergé génétiquement. Lors du réchauffement climatique suivant la dernière glaciation, la vipère péliade a recolonisé la Suisse à partir de ces deux refuges: depuis la France pour les populations à l'ouest de la Suisse et depuis l'Italie dans le sud de la Suisse.

Des travaux récents ont permis d'obtenir une image plus précise de la répartition des deux groupes génétiques. En effet, les péliades d'origine italiennes ont été trouvées au Tessin et dans toute l'Engadine, ainsi que dans less différentes vallées latérales. Au contraire, les animaux issus du refuge française sont présentes dans le Jura, les Préalpes, et le long du bassin du Rhin aux Grisons. Les deux groupes sont néanmoins en contact dans certaines régions (Bergun et de Savognin). Les résultats génétiques tendent à montrer une importante introgression des péliades d'origine italiennes au sein des populations nordiques, probablement issue d'un flux de gènes apportés par les mâles d'origine italiens. Les échanges génétiques existent entre ces deux groupes génétiques. L'absence de barrière à la reproduction entre ces deux groupes suggèrent que la péliade en Suisse n'est bien qu'une seule espèce.
 
Ces travaux ont aussi cherché des différences morphologiques entre les deux groupes génétiques. Quelques légères différences ont été observées sur un large échantillons d'individus suisses et provenant des régions limitrophes: les plus marquées sont un nombre plus faible d'écailles sous-caudales et ventrales, de denticules (ziz-zag sur le dos) ou encore une tête plus foncée chez les péliades d'origine italienne. Mais ces différences sont ténues et les spécialistes ont de la peine à différencier les deux groupes sans l'aide des outils génétiques.
 

Les points bleus correspondent à des individus appartenant au groupe génétique français, les points rouges correspondent à des individus appartenant au groupe génétique italien. Les points bicolores correspondent à des zones où les deux groupes ont été détectés; cependant, la couleur de représente pas la proportion de chaque clade, certaines zones ayant une plus grande appartenance à l'un ou l'autre des clades.