Fermer
banniere_karch01.jpgbanniere_karch02.jpgbanniere_karch03.jpgbanniere_karch04.jpgbanniere_karch05.jpgbanniere_karch06.jpgbanniere_karch07.jpgbanniere_karch08.jpgbanniere_karch09.jpg

Pourquoi les grenouilles meurent, dans mon étang, en hiver ?

Grenouilles mortes dans les étangs des jardins
 
Depuis quelques années, on nous rapporte de plus en plus souvent que l’on a observé durant l’hiver un certain nombre de grenouilles mortes, allant généralement d’une douzaine jusqu’à une centaine d’individus, dans des fossés ou des étangs, avant tout dans ceux se trouvant dans les jardins. Il s’agit le plus souvent de grenouilles rousses, plus rarement de grenouilles vertes, qui migrent déjà en automne dans les plans d’eau dans lesquels elles passeront l’hiver. Cela fonctionne normalement sans problèmes : l’oxygène dissout dans l’eau peut être directement absorbé par la peau ; la respiration est aussi garantie sous une couche de glace, il n’est pas nécessaire de faire surface.
 
Apparemment, il semblerait qu’il y ait actuellement une augmentation, avant tout dans les points d’eau isolés, des conditions mortelles pour les grenouilles. Cela ne vient certainement pas du fait que les étangs gèlent complètement. Une couche de glace supérieure à 20 cm d’épaisseur est très rare. Ce n’est donc pas une profondeur insuffisante de l’étang qui est responsable de la mort de ces animaux, mais plutôt un rapport défavorable entre le volume d’eau et la surface de l’eau. Il semblerait que les grands étangs peu profonds soient moins touchés que les plus petits en forme d’entonnoir. Certainement que les conditions météorologiques durant l’hiver sont également responsables du phénomène ; toutefois les relations de cause à effet ne sont pas encore établies avec certitude. Le moment où les animaux meurent n’est également pas encore clair. Ce n’est souvent qu’après le dégel au printemps que l’on remarque les animaux morts. En outre, il est intéressant de noter que l’événement se produit fréquemment dans des étangs qui ont entre 7 et 10 ans.
 
Il est certain que le processus de décomposition de la matière organique (plantes aquatiques et marécageuses en décomposition, feuilles mortes, algues) est responsable de la mort des animaux. Il existe trois explications possibles concernant le processus qui y conduit :
 
1) Le processus de décomposition consomme de l’oxygène, qui vient à manquer pour les animaux qui s’asphyxient.
 
2) Des produits de décompositions toxiques peuvent également se former et rester bloqués sous la glace. Les animaux ne peuvent pas s’échapper et sont empoisonnés.
 
3) On a également déjà proposé l’hypothèse selon laquelle des substances toxiques (p. ex. de l’acide) sont apportées avec les feuilles mortes. Avec l’eutrophisation croissante de tout le paysage du plateau et les températures automnales et hivernales assez élevées des dernières années, les processus de décompositions tournent à plein régime et nécessitent donc de grandes quantités d’oxygène. Dans des plans d’eau complètement isolés (en particulier les étangs de jardin bâchés), aucun échange avec le sol et aucun renouvellement de l’eau ne peut avoir lieu, ce qui amplifie l’effet.
 
Que pouvons-nous faire pour éviter la mort de ces grenouilles ? Tout d’abord, il faut retenir que ce phénomène ne se produit que rarement plusieurs fois dans le même étang ; de plus, la population n’est généralement pas menacée dans son ensemble, puisqu’il y a toujours une partie des adultes et des jeunes qui passe l’hiver sur la terre ferme et qui ne sont pas affectés. Donc, la plupart du temps, on pourra observer des pontes de grenouilles au printemps suivant.
 
Mesures possibles :
 
  • S’il n’y a que quelques animaux, vous pouvez les laisser dans l’étang ; s’il y en a plus, il serait mieux de les sortir et de les enterrer.
  • Ne pas laisser couler dans l’étang les plantes aquatiques et marécageuses en décomposition en automne, mais plutôt les couper ou selon le cas les ratisser et les composter.
  • Ne pas laisser les feuilles mortes dans l’étang ; éventuellement le couvrir en automne avec un grillage ou ratisser.
  • Ne pas laisser la couche de vase devenir trop épaisse ; faire un nettoyage général tous les 2 ans : vider l’étang, enlever la vase et couper abondamment les roseaux.
  • Essayer de garder un endroit sans glace en permanence. En cas de gel important, il est toutefois peu probable d’y arriver. Les pompes à eau peuvent être une bonne solution, discutable toutefois d’un point de vue énergétique. Peut-être trouverez-vous une meilleure solution.
  • Si vous pensez rénover prochainement votre étang, considérez éventuellement une augmentation de la surface.
  • Vous pouvez empêcher la migration des grenouilles dans votre étang durant l’automne en installant une barrière (comme celles que l’on utilise pour empêcher les amphibiens de se faire écraser) tout autour. Il faut néanmoins que la barrière soit installée d’août à décembre.
 
Nous tenons à souligner que ces mesures ne devraient être mises en application seulement si le problème s’est déjà produit ou si un tel événement est à craindre. Les étangs intacts ne devraient, dans la mesure du possible, pas être touchés.

 

 
 

 

 

 

Téléchargements