Fermer
banniere_karch01.jpgbanniere_karch02.jpgbanniere_karch03.jpgbanniere_karch04.jpgbanniere_karch05.jpgbanniere_karch06.jpgbanniere_karch07.jpgbanniere_karch08.jpgbanniere_karch09.jpg

Crapaud accoucheur

Alytes obstetricans obstetricans (Laurenti, 1768)

crapaud accoucheur

Le crapaud accoucheur, Alytes obstetricans, émet un son agréable, rappelant une clochette ou une flûte, d’où son nom familier de « Glögglifrösch » (grenouille sonnette) en Suisse allemande.

Ce petit animal mesure entre 3.5 et 5 cm, possède de courtes jambes au dessous rougeâtres ainsi qu’un museau pointu. Sa peau est de couleur gris brun, la face ventrale blanchâtre et granuleuse. La partie supérieure du corps est verruqueuse et les flancs sont aussi pourvus de deux rangées de verrues en partie rougeâtres. Ses yeux dorés se caractérisent par une pupille verticale en forme de fente. Il est difficile de distinguer les mâles des femelles. Les larves, qui peuvent atteindre une taille de 9 cm, sont de couleur gris brun et semblent entourées d’une peau extérieure transparente. Un trait brillant couleur métal orne le ventre sur toute sa longueur.

 

Le mode de vie du crapaud accoucheur se différencie totalement de celui des autres amphibiens indigènes. Il est le seul anoure à s’accoupler sur la terre ferme, à ne pas déposer ses œufs dans l’eau, à s’occuper de sa ponte et à engendrer des larves capables d’hiberner dans un plan d’eau avant de se métamorphoser. La saison de reproduction dure de mars à août. En règle générale, le crapaud a une activité crépusculaire ou nocturne.
 
Caché dans son refuge sur la terre ferme, le mâle se met à chanter de préférence au cours des soirées chaudes et humides. Peu à peu, il s’approche de la sortie du trou qu’il a parfois creusé lui-même. Son cri rappelle le son d’une flûte et retentit toutes les 1 à 8 secondes, selon la température ambiante et le degré d’excitation de l’animal. Lorsque plusieurs mâles chantent simultanément dans des tons légèrement différents, de loin on croirait entendre un carillon ou le son des cloches d’un troupeau de vaches.

Dès qu’une femelle approche, le mâle l’étreint avec ses pattes postérieures. Après une phase de stimulation assez longue, au cours de laquelle le mâle touche plusieurs fois le cloaque de la femelle avec ses orteils, le couple forme avec les pattes postérieures une petite corbeille, destinée à recueillir les quelque 20 à 70 œufs qui sortent en l’espace de quelques secondes et qui y seront fécondés. A l’aide de ses pattes antérieures, le mâle prend ensuite appui sur les épaules de la femelle.
 
Après une courte pause, il passe plusieurs fois ses pattes postérieures à travers la ponte afin d’enrouler les cordons d’œufs autour de ses tibias. Puis il quitte la femelle et se remet bientôt à chanter. Au cours des prochaines nuits, le même mâle peut encore prendre une, plus rarement même deux autres pontes. Il retourne finalement dans sa cachette souterraine, chaude et humide, où il vit terré les 20 à 45 prochains jours. Lorsque les œufs arrivent à maturité, le crapaud se rend vers le plan d’eau de ponte.
 
Quelques minutes seulement après que les œufs sont entrés en contact avec l’eau, les larves de 12 à 20 mm sortent des œufs. A ce moment, les larves sont déjà bien développées et possèdent des branchies intérieures. Après l’éclosion des œufs, le mâle se débarrasse dans l’eau du sac de ponte vide et retourne à terre où il se remet à chanter. Le crapaud accoucheur peut s’accoupler trois, voire (plus rarement) quatre fois, par année.  Le moment de l’éclosion, la quantité de nourriture disponible et la température ambiante déterminent si les têtards vont éclore encore au cours de l’automne même ou s’ils passent l’hiver dans le plan d’eau. Dans ce dernier cas, les larves peuvent atteindre une grandeur de 9 cm et se métamorphosent en mai ou juin de l’année suivante. Elles représentent ainsi les plus grands têtards de tous les amphibiens indigènes.
 
A l’âge de deux ou trois ans, les individus atteignent déjà la maturité sexuelle. Ils peuvent vivre jusqu’à huit ans.
Le crapaud accoucheur ne se déplace que sur de courtes distances. Le peuplement de nouveaux habitats ne se produit que très rarement et n’a été observé que si ceux-ci sont situés dans un rayon de 1.5 km.

 

Le crapaud accoucheur est répandu dans le sud-ouest de l’Europe ainsi qu’en Suisse. Celle-ci représente lalimite sud-est de répartition (cette espèce ne vit pas au sud des Alpes). La plupart des populations vivent dans les paysages vallonnés et les Préalpes, entre 200 et 700 m d’altitude (quelques individus ont également été observés au-dessus de 1'500 m).
 
 
 
 
 
 
 
Malheureusement au cours des dernières années, le nombre de crapauds accoucheurs a nettement régressé. La destruction et l’altération des habitats en sont les principales raisons. La destruction des plans d’eau, les lâchers de poissons ou de canards, mais également l’imperméabilité croissante des structures pouvant servir d’habitats terrestres (murs, terrasses), l’ombrage et le reboisement des habitats terrestres ou une modification du type d’exploitation (par exemple l’utilisation d’une surface comme pâturage extensif) peuvent également engendrer la disparition de populations. Les connaissances scientifiques actuelles ne suffisent cependant pas à expliquer complètement cette régression du nombre de crapauds accoucheurs, probablement que la maladie fongique chytridiomycose joue un rôle également.
 
Il est primordial de sauvegarder et de favoriser les populations existantes. Mais il s’agit aussi d’empêcher la destruction des plans d’eau fréquentés par le crapaud ou auxquels il pourrait avoir recours à l’avenir et de ne pas les transformer en étangs à poissons ou à canards. La création et l’assainissement des plans d’eau stagnante et exempts de poissons près des habitats des populations existantes sont autant d’autres mesures utiles.
 
Les murs ensoleillés, aux fentes non comblées, ainsi que d’autres structures en pierre, sable ou bois offrant des refuges doivent rester perméables ou doivent être construits en d’autres endroits. Le reboisement des talus exposés au soleil, au sol aéré ou sablonneux doit être empêché.
Afin de maintenir la population du crapaud accoucheur, nous appelons la population à l’aide. Les spécialistes du karch se tiennent à disposition de toutes les personnes ayant pu observer le crapaud accoucheur près de chez elles afin de les conseiller.
 

 

Le crapaud accoucheur se reproduit dans différents plans d’eau, dont la surface varie entre quelques mètres et plus de 1'000 m2. Il s’accommode des cours d’eau aussi bien riches que pauvres en végétation, ensoleillés ou ombragés et frais. Les larves du crapaud accoucheur se contentent de 21.9 à 25.3 °C, une température moins élevée que celle dont ont besoin les autres larves d’amphibiens.
 
Lors de la reproduction, le crapaud se dirige vers les mares au fond de fossés et de carrières, les étangs artificiels (par exemple les étangs servant de réservoir d’eau pour la lutte contre le feu), les filets d’eau et d’autres plans d’eau dans les zones alluviales, les gouilles dans les marais et même les endroits protégés dans les ruisseaux et les rivières. Dans la plupart des cours d’eau qu’il fréquente, l’eau coule toute l’année, de manière à ce qu’une partie des larves puissent y hiberner. Elles parviennent en effet à résister à un gel passager. Une trop grande densité en poissons ou un manque de refuges dans des cours d’eau poissonneux empêchent toutefois l’implantation du crapaud accoucheur.
 
Cet animal est néanmoins plus exigeant quant au choix du type d’habitat, devant être situé le plus près possible du prochain plan d’eau. Il affectionne les talus ensoleillés, au sol peu stable, sablonneux, limoneux ou aéré, mais offrant par-ci par-là une végétation clairsemée. Les murs exposés au soleil, avec de nombreuses fentes, les terrasses, les escaliers, les tas de pierres, les plaques en pierre ou les tas de bois sont des habitats idéaux.
 
Tant les fossés, les jardins au sol aéré, les recoins et les plaques en pierre que les lisières de forêts ensoleillées et les prairies extensives sont en mesure d’accueillir des populations de crapauds l’espace d’un été. Le crapaud accoucheur aime les températures élevées (de préférence de plus de 30 °C) et une humidité moyenne.
 
Tous ces habitats créés par l’être humain ont remplacé les espaces vitaux traditionnels qu’étaient les zones alluviales, les rives des ruisseaux, les éboulis et les rocailles dans les paysages vallonnés.

crapaud accoucheur

Portrait du crapaud accoucheur

crapaud accoucheur et ponte

Mâle de crapaud accoucheur transportant la ponte sur son dos

tétard de crapaud accoucheur

Tétard de crapaud accoucheur

habitat type du crapaud accoucheur

Habitat type du crapaud accoucheur

étang à incendie

Les étangs à incendie; un autre habitat type du crapaud accoucheur

Fiche espèce

  • Allure gracile et trapue
  • Face supérieure couverte de petites verrues
  • Double rangée de verrues plus grandes sur les flancs, souvent à pointe rougeâtre
  • Pigmentation gris argileux
  • Peau du ventre blanchâtre et granuleuse
  • Museau relativement pointu
  • Pupille fendue verticalement
  • Iris doré