Fermer
banniere_karch01.jpgbanniere_karch02.jpgbanniere_karch03.jpgbanniere_karch04.jpgbanniere_karch05.jpgbanniere_karch06.jpgbanniere_karch07.jpgbanniere_karch08.jpgbanniere_karch09.jpg

Observer les amphibiens

Où et quand peut-on voir des amphibiens ?
  • Durant la période de reproduction, c’est à dire au printemps, la plupart des amphibiens peuvent être observés dans leurs plans d’eau de reproduction. Le meilleur moment pour les voir est le soir au crépuscule. Au début du printemps, un temps pluvieux et des températures au-dessus de 5°C sont idéaux. Les animaux peuvent alors être observés à la lumière d’une lampe de poche dans l’eau et autour ou leur chant peut être entendu.
  • Les espèces qui se reproduisent tôt dans la saison, comme la grenouille rousse, le crapaud commun ou encore les tritons peuvent déjà être observé fin février/début mars en train de se rendre dans leurs plans d’eau de reproduction. Les grenouilles rousses et les crapauds communs quittent les étangs immédiatement après la ponte des œufs, alors que la plupart des tritons restent dans leurs plans d’eau jusqu’à fin mai.
  • Les espèces qui se reproduisent plus tard, comme le sonneur à ventre jaune, les grenouilles vertes, le crapaud calamite, la rainette, entre autres, peuvent être rencontrés dans leurs plans d’eau de reproduction à la fin du mois d’avril et en mai.
  • L’observation des salamandres est plus aléatoire, étant donné qu’elles ne se rassemblent pas dans des plans d’eau pour se reproduire au printemps comme les autres espèces d’amphibiens. La salamandre tachetée peut par exemple être observée les nuits pluvieuses sur les chemins forestiers, alors que l’on peut rencontrer la salamandre noire sur les chemins de randonnée et les routes alpines par temps humide en mai et en juin.
 
Recensement sur le terrain: comment observe-t-on et compte-t-on des amphibiens?

Il y a plusieurs façons de compter qualitativement et/ou (semi-) quantitativement les individus des espèces d’amphibiens observés :
  • La vue : observer et compter le nombre d’animaux adultes, les juvéniles, les larves (têtards), et/ou les pontes de visu
  • L’ouïe (compter le nombre de chanteurs) : entre le mois de mai et la mi-juin, durant les chaudes soirées sans pluie et sans vent, le nombre de crapauds calamites, de sonneurs à ventre jaune, de rainettes ou de crapauds accoucheurs qui chantent peut être recensé. Idéalement, il faudrait faire au moins 2 visites par site durant cette période, afin d’avoir une estimation plus fiable.
  • Capturer avec une épuisette ou des pièges : certaines espèces d’amphibiens, comme p.ex. les tritons, sont difficiles à trouver et à déterminer à la vue ou au chant. Pour déterminer correctement ces espèces, on peut utiliser une épuisette ou des nasses. Pour ces deux méthodes de capture, il est nécessaire d’avoir une autorisation de l’office cantonal de protection de la nature.

Transmettre ses observations d’amphibiens au karch

Transmettez-nous vos observations ! Vous contribuez ainsi au maintien à jour des zones de répartition des espèces indigènes d’amphibiens (transmettre ses observations). Si vous n’êtes pas sur de l’identification d’une espèce, nous vous aidons avec plaisir (email).

 

Informations complémentaires concernant les relevés sur le terrain

Pour de plus amples informations sur les relevés sur le terrain, vous pouvez par exemple consulter l'«lnventaire fédéral des sites de reproduction de batraciens d’importance nationale. Guide d'application» ou le livre « Les amphibiens et reptiles de Suisse » ou le livre „Methoden der Feldherpetologie“ (Laurenti Verlag, Supplement der Zeitschrift für Feldherpetologie 15, 2009).